AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Design optimisé pour Google Chrome et Safari.

Date : 9 de Onohozu 802

Partagez | 
 

 Histoires de Mizuri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mizuri

Chef du clan Ichizoku
Chef du clan Ichizoku

Messages : 162
Date d'inscription : 30/05/2010

Détails
Points de Vie:
63/100  (63/100)
Arme: Shurikens
Statut: Chef de clan

MessageSujet: Histoires de Mizuri   Dim 30 Mai - 6:39

      
Episode 1 : Premiers entraînements      

Maki entra dans la pièce.      
 
-Miss Mizuri, votre père vous demande.      
-Oui j'arrive !
 
Tout sourire, elle déposa par terre son lapin en peluche et courut dans les bras de son père. 
      
-Papa ! Ça faisait longtemps ! Tu m'a manqué ! Vraiment manqué !     
  
Quelques larmes de bonheur mouillèrent le tee-shirt de son père avant qu'elle reprenne.    
   
-Pourquoi tu dois toujours partir ? J'ai peur, j'ai peur ! Je veux pas que tu ailles combattre les autres clans ! Je veux que tu restes avec moi ! Pourquoi tu dois partir papa ?! 
    
    
Son père tenta sans grand succès de la consoler, puis finalement la souleva et la serra dans ses bras. Sa mère arriva à son tour, admirant sa petite fille qui manqua de tomber pour la serrer elle aussi dans ses bras, pleurant toujours, à la fois terrifiée et heureuse. Les deux Manako emmenèrent Mizuri dans une pièce qu'elle n'avait encore jamais vue.     

-Maman, papa, on est où ? Elle est vide la pièce, elle me fait peur...
-Mizuri, tu a 7ans maintenant, l'âge auquel on apprend tous ce qui fait la fierté de notre clan. 
-Je ne comprend pas papa...
-Il faut que tu apprenne le maniement de nos armes, de notre pouvoir et la technique de combat. Tu sais Mizuri, un jour nous ne serons plus là pour...
-Ne dis pas ça ! Je veux pas ! Je veux plus que tu partes, ni maman... Je t'en supplie, papa... 
-Mizuri, c'est important. 
-Je sais mais... mais... 

Les entraînement commencèrent quand Mizuri cessa de pleurer, elle commença par l'étude de son pouvoir, trouvant extrêmement bizarre et difficile de quitter son corps pour changer les pensées de quelqu'un d'autre. Plusieurs jours plus tard, elle commença à apprendre des techniques de combats à mains nues et à étudier la diplomatie, son caractère de petite fille obstinée apparaissant pleinement. Elle reçut son premier Shuriken à huit ans, et bien qu'il ne sois pas très tranchant, elle se révéla une redoutable combattante.     
En dépit de ses protestations, ses parent continuèrent à partir, et quand ils revenaient, ils s'occupaient de son entraînement. Mais chaque moment passé avec eux rendait la fillette tellement heureuse qu'elle se fichait de ce qu'ils lui faisaient faire. Puis au fur et à mesure des entraînements, son caractère enjoué fut masqué derrière son entêtement à commander les autres. Enfin, c'est ce qu'elle montrait mais Piwi, son lapin en peluche, ne quittait jamais ses bras le soir, en particulier lorsque ses parents étaient absents, elle suppliait chaque soir qu'ils reviennent, pleurant au fond de son lit.      
  
-Miss Mizuri.      
-J'arrive, Maki. 

Masquant comme toujours sa joie de revoir ses parents, et les marques rouges autour de ses yeux elle retourna à ses entraînement, se laissant quelques fois aller à prendre ses parents dans ses bras, eux ne masquaient pas leur appréhension de voir leur enfant changer autant.      


Dernière édition par Mizuri le Dim 30 Mai - 6:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7kanokyon.forumactif.com
Mizuri

Chef du clan Ichizoku
Chef du clan Ichizoku

Messages : 162
Date d'inscription : 30/05/2010

Détails
Points de Vie:
63/100  (63/100)
Arme: Shurikens
Statut: Chef de clan

MessageSujet: Re: Histoires de Mizuri   Dim 30 Mai - 6:39

        
Épisode 2 : Loin de vous     
Comme chaque jour, Maki entra dans la pièce pendant que Mizuri regardait à l'extérieur, Piwi sur les genoux et une main sur Piwi. Le sable blanc mêlé à la neige, dehors, avait un charme quasi-féérique, comparé à son univers de combats et d'entraînements. C'était limite si ce décor ne lui donnait pas envie de pleurer sur son sort.     
-Mademoiselle Mizuri...     
Ce changement de titre la fit réagir, elle tourna la tête vers Maki.     
-Mademoiselle ?     
-Mademoiselle Mizuri, Marika veut vous parler.     
Marika, la garde du corps personnelle de ses parents. Pourquoi Marika ?      
-Mizuri-sama... Vos parents sont... Ils ont... Ils ont été capturés par l'ennemi.     
Les larmes envahirent les yeux de Mizuri, qui serra son lapin en peluche contre sa poitrine, secouée de spasmes violents.     
-Non... C'est pas vrai ! C'est pas vrai ! Vous avez pas le droit ! Vous être leur garde du corps ! Ils ne peuvent pas... ils ne peuvent pas...     
Elle s'écroula sur le sol, en larmes. Ils n'étaient pas revenus. C'était de sa faute, elle n'avait pas prié pour qu'ils reviennent.     
-Ma faute... ma faute... c'est ma faute... maman... maman... papa...     
Au fur et à mesure qu'elle parlait, ses mains se desserraient. Piwi tomba sur le sol dans un bruit mat, juste avant qu'un cri de désespoir ne retentissent dans la pièce.     
-Papaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!!     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7kanokyon.forumactif.com
Mizuri

Chef du clan Ichizoku
Chef du clan Ichizoku

Messages : 162
Date d'inscription : 30/05/2010

Détails
Points de Vie:
63/100  (63/100)
Arme: Shurikens
Statut: Chef de clan

MessageSujet: Re: Histoires de Mizuri   Dim 30 Mai - 6:40

   
 Épisode 3 : Fin de deux vies...     
-Irema ! Irema je t'en supplie, rentre ! C'est perdu d'avance... Rentre, pour Mizuri... Pour notre fille...    
 
Des larmes brouillèrent sa vue, elle baissa la tête et la secoua frénétiquement de droite à gauche.    
 
-Je ne peux pas... Je ne peux pas t'abandonner...     
 
C'était un scène étrange que ce couple, au milieu d'un combat où les Ichizoku était quasiment 5 fois moins que leurs adversaires, en larmes pour leur fille, l'un en train de lutter pour rester près de sa femme, tiré par l'arrière, elle au milieu des cadavres de son clan, incapable de l'abandonner ici. Même pour sa fille, même pour son clan. Irema savait que Mizuri ne supporterait pas la disparition de son père, ne supporterais pas de voir sa mère revenir seule, en sang et en larmes, sans Kazuko... Sans ce père qu'elle chérissait tant. C'était impossible, sa fille lui en voudrais à vie, elle-même s'en voudrait éternellement, et la déchirure de leurs coeurs les empêcheraient d'être heureuse. Non, ils rentreraient tout les deux. Elle et Kazuko, ensemble, ou ils ne rentreraient pas. La neige se teintait de rouge, prenant peu à peu la couleur de la pierre du sol, recouvrant les cadavres par centaines, cachant de son manteau blanc la haine de ces lieux. Rien ne serait jamais pareil, l'histoire était changée à jamais par ce combat. Tant pis. S'avançant, Irema sortit des Shurikens, faisant face à son mari qui lui hurlait de partir.    
 
-Désolée Mizuri... Désolée... Je ne peux pas l'abandonner...    
-Irema ! Arrête !     
 
Les Shurikens de la chef du clan fauchèrent deux personnes. Son mari, libre de ses mouvements, se jeta sur elle, la serrant dans ses bras, retenant les sanglots frénétiques qui secouaient son corps. Une arme toucha sa femme derrière la tête, du sang s'échappa de sa bouche et elle s'écroula au sol, bientôt rejointe par son mari. Attachés ensemble, ils furent emprisonnés dans une geôle du clan ennemi. Quel clan déjà ? Cela n'avait plus la moindre importance... Les liens autour de son cou lui faisaient mal, ceux autour de son bras qui la reliaient à Kazuko la serraient. Kazuko... Appuyé sur la fenêtre, les regard empli de larmes, il regardait tomber la neige... Irema s'accrocha aux barreaux, pleurent et hurlant, mais personne ne l'entendit. Personne n'était là pour l'entendre...    
 
 
-Suivez-nous.    
 
Kazuko leva les yeux. Un ennemi... Un geôlier... Pris d'une colère frénétique, il envoya son pied frapper la mâchoire de l'homme. Il fut arrêté par une lame sur sa gorge, et une autre sur celle d'Irema.    
 
-N'essayez même pas.    
 
Le collier métallique d'Irema fut décroché des chaînes qui la liaient au mur, et seules celles qui liaient les deux amants entre eux témoignaient de leur statut de prisonniers, exception faite des lames sur leur gorge et des geôliers qui les entouraient. Irema déglutit, laissant ses dernière larmes l'envahir. Tout cela n'avait guère d'importance, leur combat s'arrêtait là, leurs espoirs aussi, leur vie également... Il furent agenouillés devant un hommes, le chef apparemment. Du moins le chef de ce groupe puisqu'il s'inclinèrent. Masqué. Sombre. Il tenaient à la main leurs Shurikens, ainsi que des armes apparemment volées à un autre clan. Shurikens, dagues. Ce furent ses armes qui causèrent leur mort, courte et définitive, au même instant que le cri de désespoir qui retentit loin, très loin, dans les quartiers personnels des chefs, hurlé par une petite fille aux cheveux roses, cri atroce et horrifié, qui éclata au moment même où la lame s'écrasait sur Kazuko :    
 
-Papaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!!        
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7kanokyon.forumactif.com
Mizuri

Chef du clan Ichizoku
Chef du clan Ichizoku

Messages : 162
Date d'inscription : 30/05/2010

Détails
Points de Vie:
63/100  (63/100)
Arme: Shurikens
Statut: Chef de clan

MessageSujet: Re: Histoires de Mizuri   Dim 30 Mai - 6:41

      
Episode 4 : Larmes éperdues       
La neige... Cette neige qui tombait dehors, repoussant le sable blanc du jardin, remontant en elle des souvenirs. Un mois déjà, qui lui avait paru une éternité. Miraka avait repris les commandes du clan, Mizuri était trop jeune et trop traumatisée pour le moment. 13ans, déjà seule au monde... Piwi avait pris place sur son étagère, et elle était trop petite pour l'atteindre. Miraka considérait que ce n'était plus de son âge... Sur qui pourrait-elle pleurer désormais ? Elle n'avait plus personne... Les yeux fixés sur la neige, illuminée par la lueur blafarde de la lune, Mizuri cachait ses larmes. Maki n'était pas là ce soir... Miraka l'avait démise de ses fonction du garde du corps. Mizuri n'avait juste pas l'autorisation de sortir. L'autorisation ? Elle était l'héritière du clan, elle n'avait pas à se faire dicter se conduite par une grade du corps de basse classe qui n'avait pas pu sauver ses parents...La jeune fille quitta discrètement sa chambre, et entra dans la serre intérieure du château pour dérober des roses rouges. Des roses rouges... Les roses de sa mère... Les Irema roses, de leur surnom. Retenant à peine ses larmes, elle se glissa en dehors du palais, pieds nus dans la neige, les rubans de sa robe blanches se tortillant dans le vent. Le froid s'empara de ses épaules et de son dos nus, mais qu'importe elle continua. Continua de marcher dans la neige fraîchement tombée... Continua de marcher vers la plage... La plage Zanshi, ses parents étaient là, quelque part sous le sable blanc. La mer... Elle n'avait jamais vu la mer... Elle savait que quelque part sous ces eaux lumineuses se cachaient le clan pacifiste des Naïkozu. Si seulement... Si seulement sa famille était née dans ce clan... Ses parents seraient là... Encore, pour toujours...Cette fois, loin du QG, Mizuri laissa aller ses larmes, debout devant les pierres blanches portant le nom de ses parents, arrachant un à un les pétales de la dernière rose entre ses mains, qui voguèrent derrière elle, loin de la mer, vers les collines... Ses collines...
-Que fait une jeune fille en larmes sous cette neige violente ?

Mizuri tourna vivement la tête, sans prendre le temps d'essuyer ses larmes. Un jeune homme, d'un autre clan. Cheveux marrons, vêtements de combats. Il ne semblait pas hostile, et même si elle se méfiait des autres clans, elle ne le considéra pas comme un ennemi. Ses yeux était d'un gris presque blanc. L'héritière observa ses vêtements. Quel clan ? Là, tout de suite, elle ne parvint pas à s'en souvenir. Ensoku, Nozomi peut-être...  Ou peut-être même de l'autre continent. Mais aurait-il fait tout ce voyage pour se rendre sur le cimetière d'Amazzalar ? Le regard blanc se posa sur les pierres blanche, puis sur la rose entre ses mains.

-Des personnes chères ?
-... Mes parents...

Il sembla gêné, murmurant un "désolé", pas suffisamment fort pour couvrir le bruit de la neige. Grelottante, Mizuri tomba à genoux par terre. Elle sentit une chaleur se déposer sur ses épaules.

-On a pas idée de sortir en robe aussi froide quand il neige dehors.

La veste qu'il venait de poser sur ses épaules la réchauffa légèrement, mais la simple idée de se dire qu'il devait avoir froid à sa place la mit mal à l'aise.

-Je ne veux pas...
-Ça ira, j'ai l'habitude d'avoir froid. Tu peux la garder, ça nous fera une excuse pour nous revoir.

Elle n'eut pas le temps de répondre qu'il disparut dans les tourbillons de neige.

-Attends, tu....

Elle laissa tomber. Elle était de nouveau seule. La veste sur ses épaule bougea dans un coup de vent. Non, elle n'était plus seule...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7kanokyon.forumactif.com
Mizuri

Chef du clan Ichizoku
Chef du clan Ichizoku

Messages : 162
Date d'inscription : 30/05/2010

Détails
Points de Vie:
63/100  (63/100)
Arme: Shurikens
Statut: Chef de clan

MessageSujet: Re: Histoires de Mizuri   Dim 30 Mai - 6:41

 
Episode 5 : Braver l'interdiction  
Mizuri ouvrit la fenêtre. Déjà une semaine que la neige avait cessé. Elle posa le veste sur le bord de la fenêtre et ferma les rideaux avant que Marika n'entre. Une semaine que la neige s'était arrêtée, une semaine qu'elle gardait ce secret. Elle n'était pas si seule que cette femme le croyait. Quelque part, il l'attendait... 
 
-Mizuri-sama. 
-Oui ? 
-Nous venons tout juste d'envoyer des troupes s'occuper de ces deux traîtres à leur clan, Yumy Namazo et cet Onotsuma dont elle s'est épris. 
-Pardon ? Vous avez quoi ? 
-Nous ne pouvons pas laisser de telles histoires se produire. C'est un trahison envers son clan, elle n'a eu que ce qu'elle méritait. 
-Vous êtes... immonde ! Quelle était leur faute ? S'aimer ? En quoi cela serait-il une faute ? 
-Elle pactisait avec l'ennemi ! 
-Non, ce n'était pas son ennemi ! S'ils ont quitté leur clan l'un pour l'autre, vous n'aviez aucun droit de faire ça ! 
-Depuis quand êtes-vous si sentimentale, Mizuri-sama ? 
 
Mizuri serra les dents. Elle ne pouvait rien dire, Marika serait capable de le retrouver et de le faire assassiner lui aussi. Et elle aussi, tant qu'à faire. 
 
-Je ne suis pas sentimentale. Les règles stipulent que les déserteurs d'un clan n'ont aucun droit d'être pourchassés une fois qu'ils en ont rejoint un autre. N'étaient-ils pas arrivés jusqu'à Yukashi ? 
-Bien sûr, mais cette trahison... 
-Cela suffit, Marika ! Tu n'avais aucun droit de tuer ces personnes. Les Naïkozu sont des pacifistes. S'ils s'en prennent à nous par ta faute, tu purgeras ta peine seule. 
 
C'était sa sentence, il n'y avait pas à discuter. Marika s'inclina irrespectueusement et quitta la pièce d'un pas rageur. 
 
-Tu défends les valeurs de l'amour entre clans ennemis, alors ? 
 
Mizuri sursauta, retenant à grand peine son sourire. Elle surveilla que la porte était bien fermée, et entrouvrit les rideaux. Il se tenait là, tout sourire, les coudes appuyés sur le rebord de la fenêtre et le menton sur les mains. Le sourire de Mizuri franchit sa retenue. 
 
-Tu m'as déjà l'air plus heureuse. 
-Tu m'as retrouvée... 
-Tu n'avais pas l'air d'avoir trouvé à quel clan j'appartenais. Mais comme apparemment tu es l'héritière de ton clan, je comprends pourquoi tu étais en tenue si légère l'autre jour. Tu t'es enfuie ? 
-Je voulais changer de monde, au moins voir la mer... 
-Je peux entrer ? 
 
La jeune fille hésita un instant, puis fit volte-face pour verrouiller la porte, de manière à ce que personne n'entre. Prenant ça comme une réponse positive, il grimpa sur le rebord et entra dans la chambre. 
 
-C'est sûr que comparée à la mienne... 
-Comment m'as-tu retrouvée ? ... 
-Par hasard. J'ai juste reconnu ma veste en passant dans les collines. 
-On ne devrait pas se voir... 
-Pas ici en tout cas, avec cette paranoïaque dans les environs... 
 
Il sourit et posa sa main sur sa tête, puis murmura à son oreille : 
 
-Retrouve-moi demain, au pied des Montagnes. A moins que tu ne préfères Aïo... 
-Juste... ton clan... 
-Moi ? Je suis un Ensoku. 
-Tu peux rejoindre quel endroit plus facilement ? 
-Je vis à Aïo. 
-Alors ça sera Aïo... 
-Je t'attendrais, Mizuri. 
 
Il allais disparaître comme la dernière fois. Déjà dehors, elle n'eut que le temps de crier : 
 
-Attend ! Ton nom... 
-Akeno. 
 
Et il disparut comme la dernière fois, mais cette fois ce furent les collines et non la neige qui le rendirent invisible. 
 
"Il n'a pas récupéré sa veste..." 
 
 
Mizuri fouilla dans ses armoires. Un chapeau, un bonnet, quelque chose... Elle avait déjà changé sa coiffure de manière à ce que personne ne puisse la reconnaître, enfilé un tee-shirt rouge et un jean trouvé au fin fond de ses affaires, et la veste d'Akeno. Elle trouva finalement ce qu'elle cherchait, un bonnet blanc, qu'elle posa sur sa tête avant de s'enfuir par la fenêtre. Aïo... C'était la première fois qu'elle allait voir une vraie ville... Dans sa précipitation, elle bouscula quelqu'un. 
 
-Dés... 
-Tu m'es littéralement tombée dessus cette fois, Mizuri. 
-Excuse-moi, Akeno. 
-Je vais te montrer ce qu'est une vraie vie, Princesse. 
 
Il l'emmena dans un parc, et dans d'autres endroits dont Mizuri n'avait jamais entendu parler. C'était... magique. Une journée différente, une journée de totale liberté, une véritable vie... Peu à peu, ils se faisaient plus proches, conscients que leurs deux clans étaient ennemis, mais incapable de se haïr. Mizuri rendit sa veste bleue à Akeno, irreconnaissable de toute manière avec ses vêtement trop masculins pour une princesse. L'inévitable et inacceptable geste finit par se produire. Après avoir passé toute la journée avec lui, vint le moment où être dans les bras l'un de l'autre ne leur suffit plus. Leur lèvres se rapprochèrent, s'unirent, signant ainsi leur amour total et complet. Comme Yumy, comme son amant, comme des traîtres du point de vue de Marika. Qu'importe. Il était trop tard pour faire marche arrière. Les mots défendus franchirent leurs lèvres à l'instant même où elle se séparèrent. Je t'aime... 


Dernière édition par Mizuri le Dim 30 Mai - 6:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7kanokyon.forumactif.com
Mizuri

Chef du clan Ichizoku
Chef du clan Ichizoku

Messages : 162
Date d'inscription : 30/05/2010

Détails
Points de Vie:
63/100  (63/100)
Arme: Shurikens
Statut: Chef de clan

MessageSujet: Re: Histoires de Mizuri   Dim 30 Mai - 6:42

 
Épisode 6 : Combat mortel  
Mizuri s'allongea sur son lit, souriante. Déjà un ans... Elle pourrait tenter la signature d'une alliance avec les Ensoku, et que son amour ne soit plus interdit. Si seulement Marika n'avait pas le pouvoir à sa place... D'ailleurs, pourquoi tant de personnes avaient déserté en apprenant que Mizuri obtenait le pouvoir ? Seule l'admission de Marika comme régente avait empêché le clan d'être dissout. Pourquoi ? Pourquoi personne ne lui faisait confiance ? Se laissait-elle trop guider par ses propres sentiments ? 
 
-Mademoiselle Mizuri ! 
-Maki ? 
-Mademoiselle Mizuri, c'est horrible, les Ensoku nous attaquent ! 
-Les... 
 
Mizuri se leva d'un bond. 
 
-Vous devez vous cacher ! 
-Hors de question ! Je ne veux pas ! Je refuse ! Laisse-moi, c'est un ordre ! 
 
Surprise par sa colère, Maki n'insista pas. Enfilant à la va-vite sa tenue de combat violette et attrapant ses shurikens, l'héritière manqua de glisser en quittant se chambre. Devant le palais, sous ses yeux, un combat horrible avait lieu. Contre ce clan... auquel elle voulait s'allier... Contre le clan d'Akeno... Contre le clan de celui qu'elle aimait... Les Ensoku. 
Bousculant tout le monde, elle se fraya un passage dans les combats, cherchant Akeno. Elle le repéra. Il la cherchait aussi. Elle se jeta en avant, et poussa un cri de douleur quand le Shuriken qu'elle cherchait à arrêter se planta dans son bras. Tout en parlant, elle enroula un bandage autour de son poignet blessé. 
 
-Mizuri... 
-Akeno, cours ! Fuis ! Je refuse qu'il t'arrives quelque chose ! J'ai déjà perdu tes parents, je ne veux pas te perdre toi en plus ! 
-Je ne peux pas Mizuri... 
-Si ! Déserte ton clan, entre dans le mien. Je t'en supplie, je t'en supplie Akeno... 
-Mizuri-sama ! Vous êtes blessée ? 
 
Marika arrivait vers elle. Apercevant le Shuriken sanglant au sol, elle s'arrêta net. 
 
-Vous avez... protégé un ennemi ? 
 
Akeno lui rendit la pareille en changeant en eau l'arme qui se dirigeait sur Mizuri. Dos à dos, lui concentré sur les armes qui menaçaient se Princesse, elle les yeux flamboyants de colère, luttant psychologiquement contre Marika. Comme ses parents, un étrange couple au milieu du champ de bataille. L'unique différence, leur amour à eux était interdit. 
 
-Tu ne le toucheras pas, Marika. 
-C'est un ennemi ! Ils nous ont attaqués ! 
-Non ! Ce n'est pas un ennemi ! C'est l'homme que j'ai choisit. 
-Vous ne le connaissez pas ! 
-Si je le connais ! Depuis plus d'un an ! Si tu le touches, tu mourras de mes mains. 
 
Un bruissement la fit se retourner. Trop tard cependant, et le shuriken se planta dans la gorge de son amant avec un bruit mat. Du sang... Une chute... Un bruit... Des larmes... Un cri...  
 
-Akenooooo !!! 
 
Comme avant... Tout recommençait... Mizuri se releva brusquement, effaçant ses larmes d'un geste rageur, balançant Marika à terre d'un coup de poing direct. Elle attrapa le tireur à la gorge, le souleva dans les airs et resserra son étreinte. 
 
-Pourquoi tu as fait ça ?! 
-C'était un Ensoku... 
 
L'étau se resserra, empêchant l'homme de parler. Ce fut d'une voix froide, les yeux hésitant entre haine et désespoir, qu'elle déclara. 
 
-Trouve une meilleure excuse. 
 
Puis son poing se resserra encore, elle sortit rapidement un shuriken de sa manche, tranchant purement et simplement la gorge de cet homme. 
 
-Mademoiselle Mizuri... 
-Mizuri-sama, vous êtes folle ? S'éprendre d'un ennemi ! 
-La ferme ! Marika, sale traîtresse ! Je sais tout ! Tout de tes machinations pour obtenir le pouvoir ! 
 
C'était faux, elle ne savait strictement rien. Mais à voir l'expression de la femme, elle avait visé juste... 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7kanokyon.forumactif.com
Mizuri

Chef du clan Ichizoku
Chef du clan Ichizoku

Messages : 162
Date d'inscription : 30/05/2010

Détails
Points de Vie:
63/100  (63/100)
Arme: Shurikens
Statut: Chef de clan

MessageSujet: Re: Histoires de Mizuri   Dim 30 Mai - 6:42

 
Épisode 7 : Trahisons et machinations  
-Expliquez-vous, Mizuri-sama, pour cette trahison envers votre clan. 
-Trahison ? Vous me parlez de trahison ? C'est vous qui allez devoir vous expliquer, Marika. Pourquoi cette réaction lorsque j'ai abordé le sujet de machinations dont je ne connaissais même pas l'existence. 
 
Marika en resta bouche bée. Comment ? Elle ne savait pas ? C'était un mensonge alors ? 
 
-Alors, je t'écoute. 
 
La régente détailla d'un air mauvais sa chef de clan. Elle portait la robe de sa famille, celle qu'elle avait la première fois où elle avait disparu en même temps que des dizaines de fleurs, celle que portait sa mère la veille du grand combat. Du combat où elle avait trouvé la mort. Juste à coté de Mizuri, appuyé sur son siège, le sabre d'Akeno, qu'elle avait récupéré les larmes aux yeux. Non vraiment, cette fille était trop faible et trop sentimentale pour prendre le pouvoir. Tout le clan déserterait. Même si elle atteignait aujourd'hui les 15ans, ce morbide anniversaire resterait l'un des plus mauvais de sa vie. Bien que son homme de main n'ait pas visé la bonne personne Marika était satisfaite du résultat. Un shuriken glissa silencieusement dans sa main. 
 
-Je n'ai rien à vous dire. Cette histoire m'a juste surprise. Que vous me soupçonniez de... 
-Assez ! Ce ne sont pas des excuses que je veux, c'est la vérité ! Immédiatement ! Sinon tu mourras, sans procès ni révélations. 
 
Bon, elle n'avait pas le choix. Si elle ne parlait pas maintenant, Mizuri la tuerait. Parviendrait-elle à lui mentir pour sauver sa peau ? 
 
-Bien, je n'ai pas le choix alors. Et bien, oui, vous avez raison, complots et machinations existent depuis longtemps au coeur de ce clan, Mizuri-sama. 
 
Un baffe l'envoya à terre. 
 
-Je ne t'ai pas dit de te lever. 
-Tss... Vos parents étaient bien pareils. Dire qu'ils croyaient vraiment que je les empêcherait de les capturer. 
 
La surprise de Mizuri et les larmes qui naquirent dans ses yeux la firent sourire. 
 
-Je dois dire, que le seule chose que je n'ai pas organisée, ce sont les déserteurs. Mais ils ont bien servi mes intérêts. Me voilà au sommet, même vous êtes contrainte de m'obéir. 
-T'obéir ? Laisse-moi rire ! Depuis plus d'un an que je voyais Akeno, tu n'avais même pas remarqué une seule de mes disparitions. Oh ! Exception faite de celle où je l'ai rencontré, ma fuite vers le cimetière, vers la mer. 
-Vous êtes bien arrogante Mizuri-sama. 
 
Un chuintement retentit. La seconde d'après, elle se retrouvait avec un sabre sur la gorge. 
 
-Finit ton histoire, avant que je te tranche la gorge. 
-Vous ne savez pas vous en servir... 
-Peut-être, mais tuer quelqu'un est à la portée de n'importe quel débutant avec une arme pareille. 
 
Marika déglutit difficilement. 
 
-J'ai tout organisé, du début à la fin. L'enlèvement de vos parents n'aurait jamais eu lieu si j'étais intervenue, si je n'étais pas leur garde du corps personnelle. Les Ensoku n'auraient jamais attaqués le clan si je n'avait pas envoyé un homme attaquer leur QG. Et ton petit ami ne serait jamais mort si cet imbécile que tu as tué avait bien visé. Je dois dire que j'ai mal choisi mon homme sur ce coup-là. 
-Vous venez donc de dire, et avec témoins, que vous êtes responsable de la mort de mes parents et d'une tentative d'assassinat sur ma personne c'est bien ça ? Si je m'en rappelle bien, Maki... 
-C'est passible de peine de mort Mademoiselle. 
-Bien.  
 
D'un coup de sabre, elle mit fin aux machinations, meurtres et complots dans son clan. Mizuri, 15ans, était désormais la seule et unique chef du clan Ichizoku. Et Maki fut renommée au rang de garde du corps personnelle. Un hommage à ses parents fut écrit sur deux grandes tapisseries et accroché à l'un des murs du couloir principal. Beaucoup de personnes désertèrent, mais certains revinrent, après avoir appris la mort de Marika. Akeno, lui, fut élevé au rang posthume de défendeur de la nation, pour avoir sauvé Mizuri d'une mort certaine en réduisant à l'état d'eau une arme, et en en recevant une autre à sa place. Son sabre ne quitta jamais la chambre de Mizuri, entouré par un ruban bleu qu'il lui avait offert. 
 
-Adieu, mon amour... 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7kanokyon.forumactif.com
Mizuri

Chef du clan Ichizoku
Chef du clan Ichizoku

Messages : 162
Date d'inscription : 30/05/2010

Détails
Points de Vie:
63/100  (63/100)
Arme: Shurikens
Statut: Chef de clan

MessageSujet: Re: Histoires de Mizuri   Dim 30 Mai - 6:42

    
Épisode 8 : Souvenirs, Maki...    
La neige... La neige qui tombait lentement dehors, flocons d'un blanc immaculé virevoltant au gré des brises... Cette neige qui était présente quand elle avait appris la mort de ses parents... Cette neige qui était là quand elle avait rencontré Akeno... Cette neige... qui tombait après sa mort... Cette neige qui suivait toutes les étapes de son existence... Même sa cérémonie de désignation... Maki... Désignée à deux ans pour lui servir de garde du corps... et accessoirement d'amie. En fait, c'était plutôt l'inverse quand elles étaient jeunes. Maki... Oui... Maki était sa meilleure amie... Depuis toujours...   
 ---------------------------------------------------------------------------------   
Cérémonie du Shinshèn, Mizuri 2mois Maki 2ans
Petite, Maki lui avait raconté ce jour... Le Shinshèn. Cérémonie que peu de personnes se souvenaient avoir vécue mais qui était l'une des plus importantes dans la vie d'un enfant choisi ou d'un enfant de la famille principale. On se voyait attribuer un ami éternel, ou un ennemi mortel, comme ç'avait été le cas pour son père... Le prêtre actuel du clan, Tiènkïn, prit l'enfant des bras de sa mère, traçant d'un doigt le symbole Ichizoku avec une simplicité déconcertante, assez vite et bien pour qu'il soit clair qu'il l'avait fait de nombreuses fois. Et pourtant... L'homme arrangea légèrement la tenue de bébé et l'assit sur la chaise, le visage à son niveau, l'empêchant de tomber avec une petite barre. Puis il s'avança dans les rangs, marquant d'une goutte tous les enfants de quatre ans et moins dans l'assistance, avant de retourner près de l petite fille. Passant une main devant le symbole, il psalmodia une prière. Et Maki fut choisie. C'était un tel honneur pour elle qu'elle suivit les parents de Mizuri partout, pour être sûre de bien veiller sûr elle. Ses propres parents ne firent rien pur l'en empêcher.

Just friends, Mizuri 4ans, Maki 6ans
-Mizuri ! Tu es encore avec Maki ?
La petite fille ouvrit la grand porte de sa chambre avec difficulté, laissant entrer sa mère. Qui tenait un gâteau aux fraises à la main. Les deux enfants poussèrent un cri de joie et allèrent s'asseoir sur le lit de Mizuri. Il neigeait dehors, cette même neige douce et belle, pourtant si cruelle, que le jour de sa naissance, cette même neige que le jour de son Shinshèn... et cette même neige qui la poursuivrait toute sa vie aux évènement importants... Oui, la saison blanche était sa saison, sans aucun doute... Toute cette neige, tout ce froid... ce blanc pur et profond... La saison des glaces était si belle... et si mortelle... La fillette relâcha son attention de la fenêtre, oubliant la neige, prit sa petite fourchette pour piquer dans une fraise et invita Maki à faire de même d'un hochement de tête. Sa mère les regarda en souriant, attendrit, et les laissa seules. Aussitôt, Mizuri se jeta sur Maki et la chatouilla jusqu'à ce qu'elle se décide à se défendre. Puis Mizuri finit par immobiliser Maki sur le côté et en profita pour reprendre une fraise, juste après Maki qui en avait déjà mis une dan sa bouche. Elle finirent par descendre du lit et entamèrent le gâteau.


---------------------------------------------------------------------------------   
Cette neige n'arrêterait-elle donc jamais de tomber ? Et pourquoi tombait-elle toujours quand quelque chose allait se passer ? Prévoyait-elle l'avenir ? Était-elle reliée à son destin ?   
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7kanokyon.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoires de Mizuri   Aujourd'hui à 14:28

Revenir en haut Aller en bas
 

Histoires de Mizuri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Parchemins étrangers :: Annexes-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit